Nos actions

Afin de sauvegarder notre profession, sauvegarder la filière cidricole et redonner au CIDRE une vraie valeur pour que chacun dans la filière puisse vivre de son travail et que le consommateur bénéficie d’une réelle information, nous avons demandé aux services de l’ Etat de prendre en compte nos remarques et souhaits concernant le Décret en cours sur le Cidre ; voilà notre dernier courrier :

La Lacelle, le 19 octobre 2017

Direction Générale de la Consommation,
Concurrence et Répression des Fraudes
Bureau 4C – Marchés des produits d’origine
végétale et des boissons
59 Bd Vincent Auriol
75013 PARIS

Objet : Votre courriel du 11 Septembre 2017:

Par lettre recommandée avec accusé de réception.

Chère Madame, Cher Monsieur,

Nous revenons vers vous dans le prolongement de votre courriel du 11 septembre 2017, auquel était jointe « la version finalisée » du projet de décret « Cidre ».

Les différents adhérents de notre syndicat ont pu prendre connaissance de cette « version finalisée » et échanger leurs points de vue à l’occasion de notre assemblée générale.

De manière unanime, ces derniers ont :

– Relevé avec satisfaction que les propositions de modifications formulées par le syndicat avaient pour la plupart, été retenues concernant la définition des mentions « Cidre Fermier » et « Cidre Artisanal » ;

– Mais déploré le fait que les autres propositions de modifications du syndicat n’avaient pas été prises en compte.

Ainsi que nous vous l’avions indiqué, ces propositions de modifications apparaissaient pourtant essentielles tant pour La défense des intérêts de la profession des cidriers artisans et fermiers français que pour la protection des consommateurs.

Celles-ci portaient, en effet, sur des thèmes majeurs, tels que :

-La définition des dénominations  « Cidre » ,  « Cidre à base de … » et « Poiré à base de … » ;
-La définition des mentions « Pur jus », « Primeur ou nouveau », « Traditionnel », « Trouble », « Récoltant » et « Rosé » ;
-L’obligation de faire figurer dans l’étiquetage tous ajouts d’intrants, de moûts concentrés, de moûts provenant de remiage et autres additifs ;
-La date d’entrée en vigueur de la définition de la mention « Cidre Artisanal ».

1/2

Par ailleurs, nous souhaitons attirer l’attention de votre administration sur le fait que l’UNICID a engagé à l’encontre de plusieurs de nos adhérents des actions judiciaires.

En réplique, le syndicat a diligenté une action devant le Tribunal de grande instance de Paris afin de dénoncer le caractère illégitime des décisions prises par l’UNICID, ainsi que des abus de majorité et le non respect du principe de parité au sein de cette interprofession.

Dans ce contexte, notre syndicat entend solliciter de votre administration la tenue d’un rendez-vous à court terme, afin d’envisager les conditions dans lesquelles l’ensemble de ses propositions de modifications pourraient encore être prises en compte ou, à défaut, l’arrêt de la procédure d’adoption du décret « Cidre ».

Veuillez agréer, chère Madame, Cher Monsieur, à l’expression de nos salutations distinguées.

François PONTREUE
Président du C. I. F

2/2